Skip to content

Compte rendu de la séance du conseil municipal du 7 février

9 février 2011

Nous vous proposons un compte rendu de la dernière assemblée, comme nous le ferons pour les prochaines. Soyez indulgents, celui-ci prendra quelques jours avant d’être publié sur le blogue.

Ceci étant dit, votre présence est essentielle. Ne laissez pas le conseil municipal croire qu’il y a une minorité de citoyens intéressée par la gestion de notre ville. Votre présence est un message en soi. Vous vous informerez, pourrez poser les questions qui vous touchent. C’est donc un rendez-vous le 7 mars prochain à 19 h. Il y avait plus d’une centaine de personnes cette semaine. Voilà qui est bien. Voilà qui devrait être la norme.

La séance du 7 février a commencé sur une mauvaise note puisqu’elle avait été annoncée pour 19 h 30 sur le site Internet de la ville, empêchant du coup de nombreux « retardataires » de poser des questions à la première période. Dès le lendemain, la Ville avait corrigé le site. Mais le nom du directeur général y est toujours M. René Lachance, le prédécesseur de M. Pierre Charron.

Une citoyenne a dit être choquée par le manque de respect envers les gens dans la salle, que M. le maire interrompait, exigeant des questions sans aucun commentaire. Les réponses manquaient de précision. Des « non » devenaient des « peut-être », parfois même des « oui » au fil des questions. Hormis le sujet des taxes, beaucoup de personnes présentes se sont dites indignées par rapport au déneigement effectué selon une logique incompréhensible. 

Voici des réponses que les citoyens ont obtenues:

  • Advenant une augmentation du rôle d’évaluation par la MRC en 2011, le maire ne s’engage pas à baisser les taux de taxation pour compenser.
  • S’il devait y avoir vente des terrains que la ville a récupérés pour non-paiement de taxes (on parle ici des « terres des Allemands »), les profits ne seraient pas appliqués au déficit accumulé, même si ce dossier explique 12% du déficit, selon les dires mêmes du maire.
  • Nous atteindrons l’équilibre budgétaire dans 5 ans.
  • Le budget devait être présenté le 21 décembre en dépit du fait qu’un nouveau directeur général entrait en fonction le 13 décembre. D’autres municipalités ont retardé l’adoption de leur budget. M. Pierre Charron n’aurait-il pas pu faire preuve d’ingéniosité et trouver d’autres solutions si on lui avait donné l’occasion?
  • M. Pierre Charron a mentionné que, dans 5 ans, il pourrait y avoir une réduction de taxes une fois le déficit remboursé. Interpellé par les citoyens, M. le maire a dit qu’il ne secondait rien, qu’il n’était pas là pour administrer, mais pour présider les assemblées. (Étrange revirement pour un homme qui se plaisait à dire qu’il n’était pas politicien, mais bien administrateur.)
  • Pourquoi ne pas avoir permis aux contribuables de payer leurs taxes en 5 versements sans intérêt? Parce que cela aurait fait coïncider le 5e paiement avec le retour en classe et Noël.
  • La demande d’enquête auprès du Ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire concernant la gestion effectuée par l’administration précédente a été rejetée. Mais M. le maire persiste à demander une enquête, disant de façon vague qu’ils ont « découvert d’autres choses ». Nous avons demandé à voir la lettre. On nous a répondu qu’elle serait ajoutée au site de la ville.
  • Mme la conseillère Paule Blain-Clotteau a refusé d’appuyer la résolution accordant 3 983,67 $ à la Maison des jeunes, par souci d’équité envers la Société culturelle du Pavillon des jardins qui s’est vu refuser le financement demandé de 10 000 $. M. le maire a répondu que la ville accordait 5 000 $ à la SCPJ, omettant de dire qu’il s’agit en fait d’une entente avec GENS (Gestion environnementale Nord-Sud), qui verse la moitié de cet argent. La ville contribue donc réellement 2 500 $.
  • M. le conseiller André McNicoll a tenu à informer la population présente que la MRC a renversé la demande de dérogation de la cabane à sucre Charlebois, tel que le recommandait le Comité consultatif de l’urbanisme; demande qui avait été tranchée en faveur de la cabane à sucre Charlebois grâce au vote de M. le maire.
  • M. Georges Dinel a admis que la rumeur selon laquelle un conseiller faisait l’objet d’une mise en demeure était vraie, précisant que c’était personnel, mais devant admettre que la Ville paie ces frais.
  • M. le maire a tenu à préciser que son équipe avait baissé le taux de taxes à son arrivée. Or, selon les chiffres donnés lors de la présentation du budget (cliquer ici), le taux de taxes moyen en 2010 était de 1,1937 par rapport à 1,1164 en 2009. Il s’agit donc d’une augmentation de près de 8 % et ce, en dépit du fait que la valeur des propriétés (rôle d’évaluation) était légèrement supérieure, permettant donc des revenus supplémentaires.
  • Interrogé au sujet des fleurs (le centre-ville fut décoré par les mauvaises herbes et « l’herbe à poux » l’été dernier), M. Dinel a répondu que le budget prévu n’était pas 25 000 $ comme par le passé, mais qu’il y avait « un » budget, « à moins que vous nous disiez que vous voulez une augmentation de taxes ».
  • Un citoyen indigné par la hausse de taxes a demandé si M. le maire allait se donner un bonus. Celui-ci a répondu: « On n’est pas vendus à ce point-là. » Euh… juste un peu d’abord?
3 commentaires leave one →
  1. François Jobin permalink
    10 février 2011 7 h 18 min

    Il serait bon d’ajouter que Monsieur le Maire a dit au sujet de la dérogation concernant la sucrerie Charlebois qu’il se faisait un devoir d’appuyer les demandes de changement de zonage des citoyens, que cela faisait partie de son travail. Il y une autre manière d’interpréter cela : en ne refusant aucune demande de changement de zonage, la municipalité balaie tout simplement le problème dans la cour de la MRC qui devra entériner ou renverser la décision de la municipalité. Ainsi le maire fait figure de « bon gars » et ne risque pas de perdre un électeur. Cela s’appelle aussi ne pas prendre ses responsabilités.

  2. Diane Jodoin permalink
    14 février 2011 13 h 48 min

    Je crois que Monsieur le maire Dinel ne peut pas confirmer quelque chose qu’il ne connaît pas. Il ne peut pas savoir d’avance combien de bâtons dans les roues il aura à faire face. Je pense qu’il fait de son mieux. Je pense qu’il devrait répondre qu’il ne peut s’engager dans une réponse positive pour qu’après on lui reproche.

Trackbacks

  1. Réplique du CAC de BC au reportage de TVA « CAC de/of BC

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :